[ngg_images source= »galleries » container_ids= »3″ display_type= »photocrati-nextgen_basic_thumbnails » override_thumbnail_settings= »0″ thumbnail_width= »100″ thumbnail_height= »75″ thumbnail_crop= »1″ images_per_page= »0″ number_of_columns= »0″ ajax_pagination= »0″ show_all_in_lightbox= »0″ use_imagebrowser_effect= »0″ show_slideshow_link= »1″ slideshow_link_text= »[Démarrer le diaporama] » order_by= »sortorder » order_direction= »ASC » returns= »included » maximum_entity_count= »500″]

 » A la fin des années 90, j’ai quitté Paris pour la campagne. Décision non sans conséquences, bien sûr. Au début, j’ai eu un moment de panique : qu’étais-je venue faire ici, confrontée quotidiennement à la nature et particulièrement aux arbres ? « 

« L’arbre, désespoir du sculpteur » Françoise Jolivet, 2010